Innova Ocular - ICO Barcelona

5 bonnes raisons de vous faire opérer de vos défauts visuels à l'ICO

De nombreux patients utilisent Internet pour connaître les centres et les techniques les aidant à se débarrasser de leurs lunettes ou lentilles.

Le choix du lieu de l'opération et de la personne qui va la pratiquer est crucial. C'est une décision qui peut impliquer d'importantes précautions et difficultés.

Voici les principales raisons qui d'après nous font de l'Unité de chirurgie réfractive de l'ICO un choix privilégié :

1. Le laser AMARIS

Le laser le plus avancé, jouissant du plus grand prestige au sein de la communauté scientifique et le mieux évalué par les patients. C'est l'instrument actuel de chirurgie oculaire doté de la plus grande valeur intrinsèque. Il transmet au tissu cornéen l'énergie parfaitement dosée et ajustée point par point pour chacun des millions d'impacts requis pour changer la courbure et corriger les dioptries. 

Il est fondamental d'avoir la garantie que, quel que soit le mouvement de l'œil pendant le traitement, le laser va le suivre. En effet, ces mouvements sont involontaires. Ainsi, se faire opérer en ayant la certitude que le traitement ne va pas être décentré fait que les patients entrent dans la salle d'opération totalement sereins. Le raccourcissement de la durée de l'intervention constitue une avancée considérable ; 3 ou 4 minutes passent très vite. La phrase que nous entendons le plus dans la salle d'opération lorsque nous avons terminé une opération sur un patient est presque toujours la même : « C'est déjà fini ? ». 

Le traitement personnalisé selon la topographie est un autre élément clé. 

2. L'équipe chirurgicale

Le chirurgien (Dr David Andreu) prépare l'œil pour que tout se passe bien. Il travaille sur la couche cornéenne à l'aide d'un micro-kératome Pendular, un instrument simple, précis et très sûr. Le chirurgien centre et fait une mise au point du laser. Une fois l'opération achevée, il repose la couche et s'assure que, sans sutures, la cornée a un aspect presque identique à celui qu'elle aurait si elle n'avait pas été touchée.

Le laser ne fonctionne pas de façon automatique. La technicienne (Virginia Andreu, diplômée en optique et optométrie) programme le laser pour chaque traitement et effectue tous les calibrages et protocoles requis par les contrôles de qualité du laser. La précision et la sécurité d'utilisation du laser sont entre ses mains.

Les autres instruments n'arrivent pas non plus tout seuls dans les mains du chirurgien. L'infirmière instrumentiste (Isabel Grau, titulaire du DEI) conserve et donne les instruments de microchirurgie et s'assure que le micro-kératome fonctionne parfaitement. De plus, cela permet de garantir un aspect fondamental en chirurgie : la stérilité.

Les membres de cette équipe chirurgicale travaillent ensemble, de façon ininterrompue depuis 2001, sur toutes les opérations réalisées à l'aide du laser Excimer de l'ICO.

3. L'équipe de diagnostic

La chirurgie réfractive oblige à mener une étude très minutieuse sur chaque patient. Le motif pour lequel le patient souhaite se faire opérer et son mode de vie doivent être clairement définis dans chaque cas. De nombreuses mesures influent dans la décision et la programmation de l'intervention au laser : la graduation, le rôle de l'accommodation (c'est pourquoi nous graduons également avec des gouttes qui dilatent la pupille), les valeurs de courbure de la cornée, l'épaisseur de la cornée en microns, le diamètre de la pupille. Toutes ces données doivent être étudiées par des spécialistes. 

« La précision du laser commence par la précision de ces mesures ». 

En outre, il faut savoir indiquer d'autres techniques telles que l'implantation de lentilles intraoculaires de type ICL ou la chirurgie du cristallin dans les cas où le laser n'est pas la meilleure solution. 

Montse Ortiz, diplômée en optique et optométrie (DOO) et responsable de l'Unité d’optométrie clinique travaille au sein de l'équipe depuis ses débuts et s'occupe de l'étude et de la prise en charge des patients avec le Dr Héctor Fariña. Juli Viadé (DOO), Anna Medina (DOO) et Carmen Aleson (DOO) mettent en œuvre toutes les études optométriques de l'Unité de chirurgie réfractive.

4. Le Service d'urgences et l'équipe multidisciplinaire

Bien que la chirurgie réfractive soit extrêmement sûre, des problèmes peuvent survenir pendant la période postopératoire, même s'il peut s'agir simplement d'un doute sur la manière d'administrer le traitement ou bien encore le dépôt d'une poussière ou un léger coup dans l'œil donné par la main de notre bébé.  C'est un grand avantage de disposer de sa propre équipe d'urgences qui connaît ces techniques et accède immédiatement à toutes les informations concernant le patient et son opération par ordinateur. Grâce à son Service d'urgences permanent depuis 1989, l'ICO a toujours bénéficié de ce privilège pour toutes les opérations réalisées par ses chirurgiens.

La chirurgie réfractive ne doit pas se centrer uniquement sur la cornée ou le cristallin. L'œil est un système intégré qui a besoin d'une équipe de spécialistes intégrés. Tout problème préalable ou postérieur affectant la rétine, associant un certain type de glaucome ou exigeant un examen oculoplastique ou neuro-ophtalmologique, peut être traité par des Unités spécialisées hautement qualifiées.

5. L'engagement éthique

La chirurgie réfractive à l'ICO s'est développée dès ses débuts en suivant des normes éthiques strictes. Seuls les cas remplissant tous les critères de sécurité sont opérés. Toutes les limites que les avancées scientifiques ont définies sont scrupuleusement respectées. Le matériel chirurgical employé pour chaque patient est de première qualité. Tous les cas particuliers sont discutés dans des sessions cliniques, afin de trouver au sein de l'ensemble de l'équipe la meilleure solution possible.

Une éthique au service de chaque patient qui confie ses yeux à l'équipe. Et un point essentiel : un maximum d'informations et de communication durant tout le processus.

Ce site Web utilise des cookies, lisez notre déclaration de confidentialité ici
Politique des cookies